La L2 sage-femme et les études de maïeutique

Cet article est en partie inspiré d’un message de ion-ion² sur le forum.

Je présenterai d’abord les études, puis le métier.

1. Les études

1-1. L’aspect juridique

Les études de sage-femme ayant été réformées récemment par la loi HPST, je ne peux pas décrire exhaustivement la formation. J’ai rassemblé les informations obtenues auprès de la directrice de l’institut, du site de l’ordre des sages-femmes et des conseils techniques (équivalents d’un conseil de faculté). Toutes ces informations sont sujettes à des changements.

Depuis l’année 2011-2012, les études de maïeutique sont organisées dans le système LMD et s’organisent en 5 ans : une licence de sciences maïeutiques, un master (au nom actuellement inconnu), voire une poursuite d’études dans la recherche. La création d’un doctorat en maïeutique est évoquée, mais il faudra attendre la sortie des derniers textes de loi avant d’en savoir plus.

L’année de PACES représente la L1 de maïeutique : votre entrée en maïeutique correspond donc à votre L2.

Chaque année se découpe en deux semestres de 30 ECTS. Chaque semestre doit être validé : la licence correspond à 180 ECTS et le master à 120 ECTS. Contrairement à d’autres cursus, on ne peut pas valider son année à crédit (passer sans avoir validé ses 60 ECTS et les valider plus tard). Il existe une session de rattrapages pour les deux semestres qui se déroule fin juin/début juillet.

Au niveau des redoublements : PACES exclu, vous avez le droit à 3 ans pour valider votre licence et 3 ans pour valider votre master.

1-2. Les études en elles-mêmes

Toujours pour la même raison, je ne peux pas décrire précisément les études en dehors de la L2 (la réforme progresse année par année…).

L’étudiant est évalué par du contrôle continu : 5 examens écrits au cours de l’année sous forme de questions rédactionnelles, de QROC (questions à réponse ouverte et courte) ou de QCM, selon la matière (UE). À côté de ces examens écrits, il y des oraux, de la clinique, du travail personnels et des ECOS (examens cliniques à objectif structuré).

Les cours se déroulent à l’institut Gernez-Rieux et à l’hôpital Calmette.

La L2 s’organise comme suit :
• Le S3 est essentiellement théorique (avec quelques parties communes à la PACES), orienté sur la compréhension et le dépistage des pathologies des femmes enceintes. Il se termine par trois examens écrits. Tous les cours sont susceptibles de tomber à l’un des examens, mais une fois l’examen passé les cours ne seront plus sujets à des questions. Par contre, ils sont toujours à savoir (notamment pour les stages).
• Le S4 entre dans le vif du sujet, avec des matières plus précises (obstétrique, puériculture, pédiatrie…).

La grande nouveauté de la réforme est l’apparition des vacances : ni stage ni cours pendant juillet-août (hors rattrapages) et fin décembre. À côté de ça, il existe trois semaines de « pause pédagogique » : la Toussaint, les vacances d’hiver (fin février-début mars), les vacances de Pâques.

1-3. Les stages

Avec la réforme, la quantité de stage a diminué (10 semaines au lieu de 30) au profit des cours théoriques. L’objectif étant de combler au plus vite le manque de connaissances des étudiants. Les semaines perdues seront rattrapées au cours des années suivantes.

Le stage de validation de PACES est différent pour les étudiants de maïeutique : il s’agit d’un stage d’observation de deux gardes de 12 h en bloc obstétrical. Vous assisterez à des accouchements et observerez le métier de sage-femme au plus près. C’est un bon moyen d’avoir un premier aperçu du métier et d’être certain de vouloir continuer le cursus.

Durant la L2, vous aurez deux stages basés sur un système de 35 h par semaine :
• Un stage infirmier de quatre semaines, en février au CHR dans n’importe quel service. Le but est de travailler avec des aides-soignants et infirmiers pour découvrir les bases de leur métier. Ce stage se déroule sous forme de journées de 7 h.
• Un stage en service de suite de couches de six semaines, en fin mai/début juin dans toute la région. Ce stage se déroule sous forme de gardes de 12 h.

1-4. Point de vue administratif

Les frais de la L2 sont : 46 € de frais d’inscription, 198 € de frais de sécurité sociale, 171 € de frais de bibliothèque, 134 € pour les uniformes (quatre tenues pour toute la durée des études) payés au mois de janvier), et quelques euros pour une paire de ciseaux, une pince Kocher et divers accessoires… Ces chiffres sont évidemment donnés à titre indicatif !

Vous recevrez votre dossier d’inscription pendant les vacances d’été, et vous devrez le remplir pour la rentrée.

La bourse n’est plus gérée par le CROUS mais par le conseil régional, via le site du scribe : c’est la bourse BESS. Elle est payée sur 12 mois pour un montant équivalent à celui de la bourse du CROUS (les mensualités sont donc légèrement inférieures à celles du CROUS). Les inscriptions s’y font au mois d’août : plus vite vous la ferez, plus vite vous toucherez la bourse !

2. Le métier

J’ai repris la description du métier du site de l’ordre, la trouvant tout à  fait appropriée.

Exerçant une profession médicale, la sage-femme assure, en toute autonomie, la surveillance de la grossesse normale, du travail et de l’accouchement, ainsi que les soins à la mère et à l’enfant après l’accouchement. Elle pratique les examens cliniques et paracliniques nécessaires, et participe activement à toute action de prévention dans le domaine de la santé. Elle prescrit les examens et thérapeutiques nécessaires au bon déroulement de la grossesse, de l’accouchement et des suites de couches. En cas de pathologie, elle exerce le cas échéant en collaboration avec le médecin.

La sage-femme assure aussi la surveillance prénatale, la préparation à l’accouchement et le suivi à domicile des femmes et des nouveaux nés en cas de sortie précoce de la maternité jusqu’au septième jour qui suit l’accouchement. Elle pratique également les consultations, les échographies obstétricales, y compris dans le cadre du diagnostic anténatal. Sur prescription d’un médecin, la sage-femme assure les suivis des grossesses pathologiques en cabinet ou à domicile.

Elle surveille, conseille, accompagne la mère et l’enfant après la naissance. Elle pratique aussi la rééducation périnéo-sphinctérienne des patientes. Elle conseille les couples et participe au suivi des différents modes de contraception. Elle peut aussi avoir une place active dans les services d’orthogénie, de gynécologie, de procréation médicalement assistée.
Depuis la loi H.P.S.T du 21 juillet 2009, elle peut également proposer à toute patiente en bonne santé des consultations de contraception et de suivi gynécologique de prévention. Note : oui, les sage-femme sont capables de réaliser un suivi gynécologique de patientes non-enceintes, et même de prescrire un moyen contraceptif.

Au regard de la place importante que la sage-femme occupe auprès des femmes, les modes d’exercice de celle-ci sont très variés.

Les sages-femmes peuvent exercer : en tant que salarié dans des établissements de soins publics ou privés (80 % actuellement d’entre elles, dont la majorité à l’hôpital), sous statut libéral où elles sont rémunérées à l’acte (12 % d’entre elles ont choisi ce mode d’exercice en cabinet individuel ou de groupe) et comme salarié de la fonction publique territoriale dans les services de Protection Maternelle et Infantile (3 %). D’autres modes d’exercice sont ouverts aux sages-femmes, notamment dans le cadre de l’encadrement et de la formation.

Il existe également des évolutions de carrière : cadre sage-femme, formateur, travail en PMI (protection maternelle et infantile), diplômes universitaires apportant des fonctions supplémentaires (échographie, acupuncture, addictologie, gestion de la douleur…).

3. Liens utiles

Il existe à ma connaissance assez peu de liens où trouver des informations sur les sages-femmes en général, mais on a tout de même quelques liens :
1. http://www.ordre-sages-femmes.fr/ le site de l’ordre des sages-femmes, avec plein d’informations, de détails utiles sur la profession et des descriptions du métier
2. http://forums.remede.org/etudes_sage_femme.html Remede, le forum des études médicales, la référence. Mais les messages sont essentiellement postés par des gens qui ont des questions spécifiques (passerelles, reprise d’études…), peut-être pas très intéressant pour des P1.
3. http://sagefemme.chru-lille.fr/ Le site de notre école. On y trouve quelques infos intéressantes sur le métier et la formation (même s’il sert essentiellement de serveur entre les formatrices et les élèves).

Voilà, je pense avoir tout dit, si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser, je suis éventuellement disponible par mail : jonathan.lecointe[at]gmail.com (jonat² sur le forum).
Merci à Maxime Bedez pour l’aide apportée à la rédaction de l’article.