La MED-2

Après avoir parlé du stage de fin de PACES et du week‑end d’intégration (WEI), venons en à la MED‑2. Qu’est‑ce que c’est que cet engin là ? La MED‑2 c’est la PCEM2 version revisitée et réformée, et tout cela pour votre plus grand plaisir, pour le meilleur et pour le pire mais n’ayez pas peur ce n’est pas si effrayant !

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, une petite introduction.

1. Qu’est‑ce qu’il y a après la PACES ?

Après avoir fêté dignement et comme il se doit votre passage en MED‑2, va arriver le temps de la répartition (la répart’ pour les intimes). À quoi ça sert, comment ça s’organise, quel est votre rôle là dedans ?

Rien de plus simple, après les résultats, votre administration va publier sur votre (superbe) site internet dédié à la PACES, une liste de tous les postes proposés (service + hôpital) pour votre stage d’été d’initiation aux soins. Votre rôle sera donc de choisir le stage que vous désirez selon votre classement (si vous êtes major vous pouvez prendre n’importe lequel, si vous être dans le fond de classement vous prendrez ce qui restera, ce qui ne veut pas du tout dire que votre stage sera nul, bien au contraire). Comment choisir ? Pour ça vous devez pointer le bout de votre nez dans l’amphi prof le jour J, puis vous serez appelé dans l’ordre de classement (du tronc commun !), et là vous devrez préciser quel service vous voulez, dans quel hôpital (CHR ou périphérique) et quel mois (juillet, août ou septembre) en fonction de ce qu’il reste (en fonction de votre classement).

De plus, vous allez devoir valider une attestation de formation aux soins d’urgences (AFGSU niveau 1). Là encore, tout juste après avoir choisi votre stage, il faudra maintenant choisir la période pendant laquelle vous allez devoir valider cet AFGSU (juillet…), sachant que cette formation dure deux (longs) jours.

Pendant cette formation vous apprendrez à effectuer les gestes dans des situations urgentes (réanimation d’un arrêt cardiaque, contenir une hémorragie…), vous verrez aussi comment travaille le SAMU de Lille et comment ce dernier fonctionne.

La validation du stage de fin de PACES et de l’AFGSU conditionne votre admission en MED‑2 alors ne les manquez pas, ce serait dommage quand même !

2. Mais la MED‑2 c’est quoi en réalité, comment est la vie en MED‑2 au delà du « mythe » ?

On a tous pensé un jour dans notre esprit de PACES (ou P1 pour les vieux de la vieille) que la MED‑2 (P2 pour les dinosaures) incarnait le repos après l’effort fournit en première année. Que la MED‑2 c’est du glandage intensif, qu’on passe son temps à jouer au baby‑foot, ou alors jouer au tarot et à la belote, j’en passe… Mais ce n’est pas toujours la réalité, notamment car les cours dispensés sont plus denses, le planning est plus rempli qu’en PACES (à raison de 20 h/semaine sans compter les nombreux ED’s et stages qui vont rythmer votre année). Vous voyez donc que cela ne sera pas de tout repos comme vous (tout comme moi même avant) le pensiez.

Donc comme le disait notre cher Doyen, la MED‑2, même si elle doit être plus détendue, n’en est pas moins une année de travail. Mais un chose à ne pas négliger, oui la MED‑2 est tout de même une année de boulot, mais il y a le stress du concours (SSSSSSsssssssss) en moins, ce qui fait de cette année de cette deuxième année de médecine une année plus (bien plus) détendue, et vous pourrez donc vous permettre des sorties entres potes, des soirées… le tout sans culpabiliser parce que vous n’aurez pas eu le temps de réviser vos cours de Maurage ! Mais attention, vous devez être régulier dans votre boulot sous peine d’être noyé sous les cours, les partiels de janvier et mai/juin ne sont vraiment pas de tout repos.

Vous l’aurez donc compris, lors de la MED‑2, le travail n’est pas à négliger, loin de là, mais vous pouvez néanmoins vous permettre bien plus de choses que lors de votre (vos) année(s) de PACES.

La vie en MED‑2 c’est aussi l’occasion de découvrir de nouvelles personnes, de vous faire des potes, le concours passé vous n’avez plus de concurrents ! Après avoir « bataillé » contre eux vous allez maintenant vous serrer les coudes (enfin tout n’est pas aussi rose non plus hein) face à ce qui vous attend tout au long de votre cursus médical.

Donc globalement l’ambiance en MED‑2 est bien plus détendue qu’en PACES où vous ne pouviez vous permettre aucun écart, à vous la liberté ! C’est une année que l’on vit bien (sauf pendant les exam’s) parce que votre esprit est bien plus ouvert, et n’est plus axé uniquement sur le classement, le numerus, etc.

3. Alors comment bien vivre son année de MED‑2 ?

Ne pas retomber dans le rythme PACES, ne pas se mettre intensément au boulot comme en PACES (sinon c’est la dépression assurée, un étudiant dépressif à cause de son boulot est un étudiant inefficace). Donc vous accorder du temps (plus qu’en PACES en tout cas). Sortir avec vos potes, et enfin profiter de la vie. Vous récupérez donc une vie sociale (oui en sortant de P1 vous ne savez plus ce que c’est mais ça revient tout seul, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas !) mais sans pour autant négliger vos révisions et vos exam’s (ce serait dommage de devoir passer aux rattrapages ou repiquer la MED‑2), ehhh oui il y en a encore, mais en même temps vous avez signé pour ça en venant en médecine.

4. L’organisation

Après une (ou deux pour les chanceux) PACES à votre compteur, et un WEI gravé à jamais dans votre mémoire, il vous sera aisé de comprendre tout ce schmilblick. L’organisation de la MED‑2… c’est relativement simple, l’année est divisée en deux quadrimestres (d’une durée de environ 12 voire 13 semaines) de valeurs égales, et il faut aussi préciser que ces derniers sont indépendants, tant du point de vue des enseignements que du point de vue docimologique.

Expliquons nous avec un exemple : considérons que vous soyez débordé, vous êtes noyé dans vos révisions et que vous foirez vos exam’s du premier quad, ceci vous mènera aux rattrapages, vous devrez ainsi repasser les épreuves pour lesquelles vous avez obtenu des notes éliminatoires pour ainsi mieux les gérer ou alors juste pour tenter d’obtenir la moyenne. Mais que par exemple vous gérez le second sans devoir le valider aux rattrapages.

Supposons alors que vous avez aussi raté vos rattrapages (ce qui n’est vraiment pas de bol). Dans ce cas vous devez redoubler votre année. Cependant, grâce à la réforme, vous gardez le bénéfice du semestre validé lors de votre première MED‑2 (votre MED‑2 bizuth quoi). Voilà pourquoi on dit que ces semestres sont indépendants et que l’on garde le bénéfice du quadrimestre validé.

Concernant les exam’s : ils se déroulent en janvier pour le premier quad, et en mai/juin pour le second. Maintenant ils sont délocalisés au centre d’examen et concours d’Hellemmes pour le premier quad.

4-1. Les enseignements

Les enseignements sont divers et variés. En effet, une partie du programme de MED-3 (ancienne DCEM1) a été importé en MED‑2 (et ce, pour notre plus grand bonheur).

Les enseignements sont organisés en Enseignements Thématiques (ET), et Enseignements Intégrés (EI), les Enseignements à Choix Libres (ECL, dans le langage humain ça veut dire « option »), et enfin les Enseignements Dirigés (ED).

4-1-1. Les enseignements thématiques

Ce sont :

  • les agents infectieux et l’Homme (ce qui correspond à la RDD des DCEM1 [néo MED‑3]) : dans cet enseignement les bactéries, les virus, les parasites et champignons n’auront plus de secrets pour vous, vous allez devoir les apprivoiser si ce n’est pas déjà fait (notamment les mycoses :p) ;
  • l’hématologie et l’immunologie ; le système immunitaire et le sang deviendront limpides pour vous (remarquez le jeu de mots) ;
  • la biomédecine quantitative : rien à dire là dessus (par là vous devez comprendre : pas du tout attractif…) ;
  • les bases moléculaires, cellulaires et tissulaires des pathologies : l’apoptose et le cycle cellulaire vous feront tourner la tête, la biochimie vous étourdira grâce à ses cycles métaboliques, ses molécules, ses pathologies associées, et vous irez aux racines de la vie avec les cellules souches ;
  • les sciences humaines et sociales (SHS pour les adeptes ou UE7 pour ceux qui aiment la PACES) ;
  • la séméiologie : enfin une vraie matière médicale qui vous mènera vers un enseignement où on vous parlera vraiment de médecine (ou presque !) ;
  • les bases moléculaires, cellulaires et tissulaires des traitements médicamenteux : matière où vous (re)découvrirez (encore) la pharmacologie de PACES et bien plus encore ;
  • l’anglais médical : pour ceux qui ont la nostalgie de l’anglais, et si vous aimez apprendre des centaines (500 environ pour être plus précis) de mots de vocabulaire vous serez comblé, et aussi de la lecture d’articles scientifiques ;
  • la génétique médicale : les lois de Mendel et la consanguinité n’auront plus de secret pour vous.

4-1-2. Les enseignements intégrés

C’est là que ça devient vraiment intéressant la MED‑2.

Ce sont :

  • le système cardiovasculaire : l’appareil circulatoire, les ECG, les anti‑coagulants, les diurétiques deviendront vos amis, l’athérome et les troubles du rythmes vos ennemis, et dans cet EI vous apprendrez des choses indispensables à savoir pour un étudiant en médecine ;
  • l’appareil locomoteur : la rhumatologie, les fractures, les articulations, de l’anatomie et radiologie, tout un programme ;
  • l’endocrinologie, l’hormonologie et la reproduction : la reproduction, la sexologie, les rythmes naturels, le diabète, et glandes en tous genre, la grossesse, l’accouchement… des trucs indispensables à connaître encore une fois, et qui sont très intéressants !

Viennent ensuite d’autres enseignements tels que l’informatique médicale (qui sera indispensable pour votre pratique médicale future [blague]).

4-1-3. Les enseignements à choix libre (autrefois dénommées « options »)

On y distingue les options semestrielles du semestre 1, du semestre 2, et les options annuelles.

4-1-3-1. Les options du semestre 1

Ce sont :

  • les virus : les virus et leurs famille tu connaîtras, les modes de transmission et les traitements tu maîtriseras (utile, très utile [retenez bien ce conseil que je vous donne) pour avoir les bases sur l'ET « les agents infectieux et l'Homme » qui n'est vraiment pas de tout repos !) ;
  • le latin médical : Platon deviendra ton meilleur pote… plus sérieusement cette option fait l'objet d'une sélection sur  lettre de motivation, tout comme pour le grec médical ;
  • la psychologie médicale : l'attachement, la psychiatrie… des concepts riches qui devraient sûrement vous aider dans votre pratique future.

4-1-3-2. Les options du semestre 2

Ce sont :

  • le grec médical : cf le latin médical ;
  • les bases physiologiques des explorations fonctionnelles : vous apprendrez ici comment fonctionne l'exploration physiologique de divers systèmes, tels que les systèmes respiratoire, nerveux, circulatoire, etc. (utile pour la physiologie des EI) ;
  • l'anatomie fonctionnelle : les articulations et l'anatomie tu exploreras, la hanche, le genou, la cheville, le poignet, le doigt,  l'épaule, etc., cette option s'adresse à ceux qui aiment l'anatomie, sinon vous allez vous ennuyer (l'appareil locomoteur en long en large et en travers : pratique pour compléter ses connaissances de l'EI « appareil locomoteur ») ;
  • la microbiologie exotique et tropicale : bactéries, parasites, mycoses… miam miam !

4-1-3-3. Les options annuelles

Ce sont :

  • les neurosciences et le théâtre : pour vous présenter cette option, voici la description faite par une camarade de promo et adhérente de cette option : « L'ECL "neurosciences et théâtre" est une option qui se déroule sur un an, nous sommes un groupe de 14 étudiants sous la responsabilité du Pr Bordet, ainsi que d'une professionnelle du théâtre faisant parti de la troupe "les farfadets". L'année s'est déroulé deux thèmes : tout d'abord Anne‑Sophie (la pro du théâtre pour ce qui n'ont pas  suivi) nous a permis, pendant le premier semestre, au travers d'exercices ludiques de concentration ou d'élocution, d'acquérir des bases indispensables à la mise en place d'une représentation  théâtrale (nous avons également eu toute une période sur le thème de l'improvisation afin  d'accepter notre corps et de l'utiliser au service de notre imagination), le deuxième semestre est lui, centré, axé sur la mise en scène de la pièce du Pr Régis Bordet intitulée "Hippocampe" dont la représentation s'est faite au théâtre l'Antre 2 les 7 et 8 juin 2012. Cette pièce écrite par un neuropharmacologue (le Pr Bordet si vous êtes largués) pour l'introspection. Cette option théâtre change vraiment des cours magistraux habituels, et nous poussent à l'ouverture d'esprit et demande un investissement personnel de notre part. » ;
  • la musique et la médecine : sélection sur lettre de motivation, « L’option musique est assurée par le Pr. Drizenko. Les cours ont lieu en soirée un jour de la semaine, généralement le jeudi, en fonction de l’emploi du temps du prof.
    Les musiciens forment des groupes pour travailler un morceau qu’ils choisissent et « prennent rendez-vous » sur un créneau d’un quart d’heure où ils travaillent avec le prof. Le temps sur place est donc relativement court pour peu que tout le monde soit dans les temps (plutôt rare). Les groupes ne sont pas fixes et peuvent évoluer selon ce que les étudiants veulent jouer.
    L’évaluation du premier quad se fait sur un mémoire d’une quinzaine de page que l’étudiant doit réaliser sur un thème « musique et médecine » de son choix (ex : « les troubles musculo-squelettiques du musicien », « musicothérapie de la maladie d’Alzheimer », etc etc).
    Au deuxième quad, pas d’évaluation spécifique, la note est donnée en fonction de l’investissement général de l’étudiant pendant l’année (assiduité, progrès réalisés...). » ;
  • le sport : avec 24 h de pratique sportive la valideras, et ton corps tu entretiendras, il te remerciera ;
  • le tutorat de soutien en PACES : sur lettre de motivation et CV, tout ce qu'il y a de plus sérieux, tu aideras ton prochain (des P1's en détresse) pour satisfaire aux exigences de cette option.

4-1-4. Les enseignements dirigés

Une flopée d'ED vous attendent cette année, couvrant des sujets divers et variés (pas toujours très utiles…).

Ce sont :

  • la biochimie : les dosages immunologiques et la signification associée, le sport et son métabolisme, le foie et ses fonction y seront abordés, les hormones, les lipides, tout l'arsenal pour compléter vos cours magistraux ;
  • l'anglais : vous aborderez encore comme au lycée les bases grammaticales, et apprendrez à décoder une publication scientifique dans cette langue à l'envergure mondiale ;
  • l'anatomie : attention, celui qui vomit aura un gage (plus sérieusement, vous verrez enfin à quoi ressemble un vrai cadavre (ou du moins des morceaux), et vous irez plus loin que de simples schémas 2D, puis vous pourrez apprécier les rapports et les structures anatomiques (même si elles sont desséchées et ont une texture aussi dure que du carton)) ;
  • la biologie cellulaire et la biophysique : des méthodes d'étude en biologie cellulaire vous y seront enseignées, une expérience scientifique vous apprendrez à décoder, en biophysique sera réabordée la radioactivité, et ses conséquences sur l'être humain (comme Tchernobyl par exemple) ;
  • le C2i : ces ED vous apprendront à faire le boulot des secrétaires médicales (sympa nan, et oui, qui sait, les économies dans le secteur de la santé passeront peut‑être par la suppression des secrétaires…) ;
  • la sémantique : grâce à ces derniers vous comprendrez un peu mieux le vocabulaire riche de la médecine (et vous pourrez jouer au savant comme ça) ;
  • la logique et l'argumentation : j'ai l'immense joie/honneur de vous présenter les ED les plus utiles que puisse avoir la MED‑2, Modus Ponens/Tollens, les tautologies, les arguments fallacieux vous seront d'une très grandes utilité dans votre pratique médicale future, ne négligez surtout pas ces ED au risque d'être un bien piètre médecin (oui oui c'est de l'ironie) ;
  • la pharmacologie : de la pharmacocinétique, pharmacodynamique, les interactions médicamenteuses en veux tu, en voilà (ED qui sont simplement une redite de vos cours… rien de palpitant) ;
  • la physiologie : la physiologie des grands systèmes (cardio‑circulatoire, endocrinien…), vous y apprendrez à mettre en pratique ce que vous avez appris en cours, notamment lire un ECG (ne les manquez pas, ils sont importants et en plus ils sont vachement intéressant (c'est un luxe en MED‑2 !)) ;
  • l'histologie : revivez la bonne époque du lycée avec l'exploration des tissus à coup de microscope.

4-2. Les stages

Enfin de la pratique dans ce monde de théorie que sont les enseignements de MED‑2 et de PACES !

Les stages sont vraiment l'occasion de tester le contact avec les patients, de communiquer avec eux ! C'est aussi là que vous apprendrez pleins de choses géniales sur certaines pathologies, voir les symptômes en vrai au delà de ce qui est décrit dans vos ronéos. C'est bien beau de savoir que dans une péricardite vous pouvez entendre un crissement au stétho, mais il faut l'écouter, et il n'y a qu'en stage que vous pourrez le faire. Dès que vous le pourrez, profitez pour apprendre, écouter, poser des questions à vos maîtres de stage, foncez, ne restez pas en retrait, le patient ne vous mangera pas.

Mais des fois ce n'est pas aussi rose, dans le service où vous devrez aller il arrivera que vous ne soyez pas pris en charge soit parce que vous avez été oublié, soit par manque de personnel, soit parce qu'ils se fichent complètement de vos tronches… ça arrive !

Pour les stages vous serez par groupe de 4 (perso on était 5), de cette manière vous pouvez faire l connaissance de nouvelles personnes (si vous n'étiez pas déjà dans le même groupe d'inté), de compléter quelques connaissances, de bien rigoler aussi !

Les stages, comment ça marche, rien de plus simple ! Vous vous présentez à l'hôpital où vous devez vous rendre (une multitude de « choix » : Huriez, Cardio, JDF, Calmette, Salengro, et Swinghedauw). Pour ces stages vous devez être en possession d'une blouse (que vous pouvez trouver à la Corpo pour la maudite somme de 15 €), ainsi que d'un stéthoscope et un marteau réflexe (pour 80 € à la Corpo, et attention le marteau réflexe est offert). Dans ces stages vous pouvez passer dans divers services : que ce soit neurologie, radiologie, médecine du travail (testé et approuvé par moi même), médecine légale… Ces stages doivent vous apprendre à mener et organiser correctement votre interrogatoire du patient devant vous (lui poser les bonnes questions sur sa maladie, antécédents, traitement[s]…), mais aussi mettre en pratique des connaissances acquises en séméiologie (auscultation cardiaque, pulmonaire, palpation, percussion, et autres questions que vous poseront vos maîtres de stage…). A chaque stage vous devrez faire remplir une feuille de stage avec une notation de vos prestations (alors pas question de chômer) que vous devrez remettre à votre secrétariat (et si vous ne les rendez pas, ou alors ne validez pas votre stage, vous redoublerez votre MED‑2, alors perdre un an pour au final gagner deux heures de temps libre, ça ne vaut pas vraiment le coup).

Mais il n’y a pas que les stages, avec les investissements faits par votre fac adorée, vous allez pouvoir vous exercer à faire des gestes sur mannequins (encore au pôle recherche). Mais qu’allez‑vous y faire ? Et bien par exemple vous allez y apprendre à placer un spéculum dans      un vagin en plastoc’, faire un toucher vaginal et rectal (ça donne envie hein ?), faire des prises de sang, poser une voie veineuse, de la réanimation cardio‑pulmonaire, ainsi que poser une sonde urinaire chez l’homme et la femme. Tout ça reste sur des mannequins, la réalité sera pour un autre jour, mais ceci aura le mérite de vous apprendre pleins de choses, alors soyez‑y attentifs, et inutile de préciser que ces séances sont obligatoires.

4-3. Les dissections

Où ? : au laboratoire d’anatomie du Pôle Recherche (face à Huriez)
Quand ? : au second quadrimestre
Matériel ? : une simple blouse de dissection à acheter à la Corpo (pour 2,50 €), le reste est fourni par le labo d’anat (bistouri, gants latex, et aussi le cadavre alors ne tuez pas votre grand mère…)
Un petit conseil ? : un tube de Vicks Vaporub® à vous tartiner sous le nez à la troisième séance ! Et aussi des vêtements auxquels vous ne tenez pas des masses, parce que l’odeur va accrocher votre jean. Dernier petit conseil, tenez bien votre bistouri pour éviter de vous couper ou alors de le laisser tomber à pic à à peine 1 cm de votre pied (du vécu, et ça fait peur).

Plantons le décor si vous le voulez bien, vous vous pointez au labo d’anat (prenez le bon couloir au risque de poireauter comme des c*ns devant la mauvaise porte). Une fois que vous aurez trouvé le chemin qui mène aux vestiaires, une petite boule montera dans votre estomac, vous vous direz : mais qu’est‑ce que je fous ici bon Dieu ?! Il est temps de vous préparer et d’enfiler votre tenue de cosmonaute (la pseudo‑blouse sus‑citée, une charlotte super sexy, des sur‑shoes trop classes, et un masque pour masquer votre acné tardive).

Une fois votre tenue de combat enfilée, go la salle de dissection ! Vous ouvrez la porte, et vous voyez une ribambelle de cadavres scarifiés sur les tables en inox, le tout dans une pièce à l’ambiance froide (pour ma part ça a été ça la vision la plus choquante, après ça va tout seul). Mais avant de commencer à disséquer, il faudra regarder une petite vidéo concoctée par les Boss du labo d’anat (et votre Dieu de l’anatomie, le Pr Fontaine) qui vous met dans l’ambiance avec un petite musique classique de Mozart avec en fond, et la voix super sex’ de Wavreille, tout ça pour vous apprendre comment manier vos instruments.

Maintenant c’est parti ! Vous serez 4 par cadavre, soit 2 binômes (un du coté droit et l’autre du coté gauche). Attention les bistouris coupent la peau encore mieux qu’un couteau dans une motte de beurre !)

Que disséquer : différentes zones du cadavre (fosse axillaire, cubitale, face antérieure du poignet de la main et du 3ème doigt [pour cette zone vous avez intérêt à prendre votre mal en patience], trigone fémoral, région glutéale [si vous aimez la graisse vous allez être servi], fosse poplitée, cheville et arrière pied).

5. Conclusion

Mais où est la détente dont vous avez entendu parler dans la légende P2 ? Il est bien là, bien plus modérément que l’ancien PCEM2, mais rassurez‑vous, la cafet’ est là pour vous apporter des pauses méritées et du café ! Et n’oubliez surtout pas, tout MED‑2 qui se respecte, doit avoir en sa possession une balle de baby‑foot (que vous pouvez vous procurer à la Corpo) pour pouvoir occuper ses pauses, ou alors un jeu de cartes (tarot, belote…) !

Je tiens à remercier L. Boschin, camarade de promo, qui a bien voulu donner un peu de son temps pour écrire un petit article concernant l’option « neurosciences et théâtre » pour vous la faire découvrir et vous donner envie de vous y inscrire. De même je remercie A. Creon pour sa participation à l’écriture de l’article de l’option « musique et médecine ».

Un dernier mot, amusez vous bien en MED‑2 !
Salut et banzaï

Remarque : les parenthèses ont un but humoristique, pour rendre la lecture plus agréable, n’y voyez pas une critique de la MED-2 =)

Alex. Delarue