Prépa ou Tutorat ?

Quand on entre en PACES, on en vient forcément – à un moment ou à un autre – à se poser la question : dois-je m’inscrire à une prépa privée ? Dois-je m’inscrire au tutorat ?

Devoir, non : ce n’est en aucun cas une obligation ! D’ailleurs, on entend trop souvent dire que, pour réussir en PACES, il faut obligatoirement avoir fait une prépa. Faux ! On peut très bien réussir sans, tout comme on peut échouer avec…

Dans la mesure où l’on peut réussir sans, pourquoi s’inscrire au tutorat ou en prépa ? Parce que ces deux structures peuvent apporter une aide précieuse !

1. Le tutorat, la prépa, qu’est-ce que c’est ?

1-1. Le tutorat

Le tutorat, à la faculté, existe sous deux formes :

  • le tutorat d’accompagnement permet aux élèves primants de découvrir le fonctionnement de la faculté et d’échanger au sujet de leurs éventuelles difficultés.

Pour plus d’informations, se reporter à la page qui lui est dédiée ;

  • le tutorat pédagogique permet à la fois de comprendre le cours avec un étudiant en année supérieure et de s’entraîner à la résolution d’exercices.

Par ailleurs, en lien avec le tutorat pédagogique, il est possible de participer à des colles. Là encore, pour plus d’informations, se reporter à la page qui lui est dédiée.

1-2. La préparation privée

Les préparations privées (« prépas ») proposent souvent de nombreux services. Pour cette raison, il est important de bien se renseigner sur ce qu’elles proposent avant toute inscription.

1-2-1. Avant la PACES

Nombreuses sont les prépas qui proposent des stages de pré-rentrée. Au cours de ces stages, en général, les 2-3 premières semaines de cours sont traitées par des professeurs ou des étudiants en année supérieure.

1-2-2. Pendant la PACES

Les prépas proposent des colles. Le plus souvent, ces colles durent 2 à 3 heures. Chaque semaine, une matière différente est traitée. Ces colles sont généralement divisées en deux temps :

  • durant la première moitié de la colle, l’étudiant travaille sur un sujet ;

Les questions sont formulées sous formes de QCM, comme à l’examen. Les copies sont rendues et corrigées. Ainsi, la prépa sera en mesure de communiquer un classement à l’étudiant, afin qu’il puisse se positionner par rapport aux autres membres de la prépa.

  • durant la seconde moitié de la colle, c’est la correction du sujet.

En fonction des prépas, les correcteurs sont soit des professeurs, soit des étudiants en année supérieure (sélectionnés en fonction de leurs résultats, de leur aptitude à enseigner, etc.).

Les prépas proposent souvent des cours supplémentaires. En fonction des prépas, les matières proposées en option sont plus ou moins nombreuses. La plupart du temps, ces options sont des séances de 3-4 heures par semaine au cours desquelles un professeur ou un étudiant en année supérieure explique un cours déjà traité à la fac. A la fin de la séance, l’étudiant repart avec un polycopié résumant ce cours. De plus, ces séances peuvent être l’occasion de réaliser des exercices de compréhension ou de s’entraîner sur des « sujets types ».

Enfin, certaines prépas proposent un service semblable au tutorat d’accompagnement à la faculté.

2. Comparaison des inconvénients et des avantages

2-1. Soyons pessimistes : commençons par les inconvénients !

2-1-1. Les inconvénients du tutorat

Le tutorat pédagogique se compose de séances de deux heures hebdomadaires, comme indiqué plus haut. Ce volume horaire est relativement court : en effet, deux heures pour réviser le cours, faire des exercices et répondre aux questions, c’est vraiment limite.

De plus, pour l’heure, les colles ne donnent pas lieu à des classements. Seuls les concours gris donnent lieu à un classement. Comme un seul concours gris est organisé par semestre, il est impossible de se positionner par rapport aux autres de manière régulière.

NB : petite explication sur ce terme de « concours gris ». Il faut distinguer le « concours blanc », organisé par l’administration de la faculté à raison d’un par semestre et qui ne donne pas lieu à un classement du « concours gris », organisé par le tutorat, là encore à raison d’un par semestre, mais donnant lieu à un classement.

Enfin, les colles ont lieu dans les amphithéâtres car le nombre d’inscrits est très important. Par conséquent, il n’y a pas, au niveau des colles, d’encadrement personnel possible.

2-1-2. Les inconvénients de la prépa

Une prépa coûte cher : en moyenne 50 à 150 fois plus que le tutorat à l’année (soit environ 1000 à 3000€), variable en fonction de la prépa choisie, des options prises, etc.

Au niveau des plages horaires, c’est parfois le problème inverse au tutorat qui se pose : un étudiant qui cumule les colles et une option « cours » rajoute parfois jusqu’à 7 heures à son emploi du temps hebdomadaire. Même s’il ne s’agit pas de temps perdu puisqu’il est passé à travailler, cela peut être difficile à gérer, notamment parce que ces options ont préférentiellement lieu le soir, après une journée déjà bien chargée… Gare à la surcharge de travail et à la fatigue !

2-2. On vous a gardé le meilleur pour la fin : les avantages !

2-2-1. Le tutorat

Les tuteurs sont des élèves en année supérieure. Par conséquent, ils sont forcément passés par la PACES et savent ce que l’étudiant est en train de vivre. Pour ces raisons, ce sont d’excellents conseillers, et ce à tous les niveaux : méthodes de travail, pièges à éviter dans les QCMs, etc.

De plus, dans une matière, l’étudiant a le même tuteur toute l’année. Ceci permet non seulement une cohérence certaine mais aussi d’être dans un environnement « familier », au sein de son groupe de tutorat.

Enfin, les tuteurs se rendent aussi disponibles que possible. Généralement, ils laissent leurs adresses e-mail à leurs pupilles pour leur permettre de les contacter en cas de questions portant sur la séance de tutorat, de doute quant au cours, etc. Ceci vaut également pour les colles, ce qui vient nuancer les propos tenus plus haut quant à la difficulté d’avoir un encadrement personnel.

2-2-2. La prépa

Les stages de pré-rentrée proposés par les prépas n’ont pas leur équivalent à la faculté. Cependant, s’ils peuvent être utiles pour se rassurer avant de débuter cette année ou pour savoir à quoi s’attendre, il faut bien réfléchir avant de s’engager. En effet la PACES est une année éprouvante. Par conséquent, se reposer et profiter de ses vacances avant de la démarrer peut être une idée tout aussi judicieuse…

Par ailleurs, les groupes de colles regroupent rarement plus de 30 élèves. Il est donc possible de participer activement à la correction, de poser des questions dès qu’un problème apparaît…

L’avantage majeur de la prépa est très certainement de permettre l’obtention d’un classement hebdomadaire. Ceci permet de se positionner par rapport aux autres de manière régulière. De plus, comme une matière différente est traitée chaque semaine, cela permet de savoir quelles matières ont besoin d’être retravaillées, en fonction des résultats obtenus.

2-3. Avantage commun

En général, les tuteurs et les professeurs sont joignables en cas de questions ou de doutes.

3. Foire aux questions et aux idées reçues

3-1. Une large majorité de ceux qui ont réussi ont fait une prépa : FAUX !

Un seul sondage a été réalisé à ce propos. Il a montré que le fait d’avoir fait une prépa n’était pas un facteur de réussite. En effet, la proportion d’étudiants ayant réussi leur concours sans prépa est équivalente à celle d’étudiants ayant réussi leur concours en s’inscrivant à une prépa.

3-2. Les prépas, c’est cher : VRAI et FAUX

1000 à 3000€ à l’année, c’est sûr que c’est énorme pour la majorité des étudiants. Cependant, si ce prix nous choque, c’est surtout qu’en France, l’éducation est gratuite. Si elle ne l’était pas, nous paierions sûrement au moins cette somme pour chaque année passée dans l’enseignement supérieur, comme le font nos homologues outre-Atlantique…

De plus, l’année de PACES est assez vide au niveau des loisirs et occupations, ce qui constitue déjà un certain budget d’économisé !

3-3. Il faut s’y prendre très tôt pour s’inscrire à une prépa  : VRAI et FAUX

Tout est une question de mesure : en avril, c’est trop tôt ; à la fin toute fin d’août, c’est souvent trop tard !

En fait, il faut distinguer :

  • l’inscription à un stage de pré-rentrée, qui se fait assez tôt pour que la prépa puisse s’organiser : à partir de fin mai-début juin en général.
  • l’inscription à des colles et/ou à des options, pour l’année, qui se fait un peu plus tard.

Il faut cependant veiller à respecter certains délais, les prépas ne prenant pas davantage que x étudiants.

Malgré l’existence de délais, ne faites pas votre choix dans la précipitation, même si l’on vous dit que les places sont limitées, qu’il faut s’inscrire rapidement, etc. Ne pas traîner en longueur, certes, se précipiter sous l’influence de techniques de marketing, non !

Par ailleurs, méfiez-vous des affirmations du genre : « Le taux de réussite de ma prépa est de ### ». En effet, le chiffre peut énormément varier en fonction de ce que l’on définit comme étant le « taux de réussite » : le nombre de personnes ayant eu leur premier choix, le nombre de personnes ayant réussi à obtenir l’un des concours préparés, etc. ?

3-4. Je peux m’inscrire au tutorat et à une prépa ou je dois choisir ?

Il est parfaitement possible de s’inscrire à la fois au tutorat et à une prépa  !

Par contre, il faut penser à deux petites choses :

  • ne pas se surcharger : être pris plusieurs soirs par semaine, ça peut vite devenir éprouvant ;
  • faire attention à ce que le tutorat ne tombe pas en même temps que les cours parallèles !